Avertir le modérateur

Newsletter

Janvier 2017

D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Tout ce qu'il faut savoir sur le vin

Le point sur les millésimes L’accord idéal des vins et des mets Carte des millésimes : la Vintage Code© La vigne et les sols des vignobles L'éthique du vin Les principaux cépages L'encyclopédie du vin L’élaboration des vins

21/02/2013

La gastronomie et les vins d'Alsace et de la Lorraine

L'ALSACE

Agricole, industrielle, touristique, cette région peut en plus s’enorgueillir d’une certaine richesse culturelle qui fait affluer vers Strasbourg un grand nombre d’amateur d’art.

Côté culinaire, l’Alsace est célèbre pour sa fameuse choucroute. Dans les viandes, c’est le porc qui est en tête, suivi de près par les volailles : oies, dindes, ainsi que le bœuf et le gros gibier à poil. La charcuterie tient également une bonne place dans un menu alsacien. Vous y trouverez foie gras en pâté ou en brioche, jambons sous la cendre, en croûte, différentes saucisses souvent servies avec des frites, des saucissons ou cervelas strasbourgeois, des boudins dont la « zungenwurst » à base de langue écarlate et de lardons, très poivrée ; le « gefelter saünäge » , autre préparation typique composée d’estomac de porc farci ; ou encore les « waedele », saucisses au foie.

A goûter également : les saucisses à l’anis, les « galerei », tête pressée en gelée, l’andouillette d’Épinal, le « grienerspeck », lard vert salé, le « burenspeck », lard fumé, le « judespeck », lard des juifs, à base de plat de côte de bœuf fumé, les « gendarmes », paire de saucisses dures, ou encore le « presskopf », mélange de tête de veau et de porc auquel sont adjoints cornichons, ail, riesling.

Peu ou pas de poissons de mer, mais, en revanche, une quantité de poissons d’eau douce. Ainsi pourrez-vous déguster des carpes, gardons, sandres, brochets, truites, mais aussi des escargots dans la région de Barr. Dans cette région où l’hiver est le plus souvent rigoureux, les soupes sont fort prisées : aux lentilles, à la bière avec cannelle et crème, à l’orge perlée, aux choux rouges, aux abattis d’oie, aux œufs et épinards, aux grenouilles, aux écrevisses, ou bien aux jets de houblon.

Sur le plateau de fromages alsacien, il ne peut manquer le munster, qu’il vaut mieux consommer fermier pour pouvoir l’apprécier pleinement. Il y a aussi le fromage blanc, le « bibbelkäse ». Le pain, dans cette région, a la particularité d’être souvent sucré ; en effet nous trouvons des pains à la cannelle, au pavot, aux épices, des bretzels salés ou sucrés, destinés aux fêtes de Noël et du Nouvel An, la « nexjohrweke », la « birewecke ». Une tradition encore, le pain de Sainte-Agathe à faire le 5 février. Les hommes, femmes et animaux le consomment afin que l’année leur soit bénéfique

Côté pâtisseries, là aussi un gâteau hautement traditionnel : le « kougelhopf ». C’est une pâte levée enrichie de beurre, de raisins secs et d’amandes. Mais on peut également se régaler avec les « anisbreedle », petits fours parfumés à l’anis, les macarons, les tuiles, les pains d’épices, les chocolats et les truffes au marc de gewurztraminer, sans délaisser les mirabelles confites du Ballon d’Alsace, les beignets de Carnaval, « schenkele » ou « fasenachskiehle », et les typiques de Noël : le « Christsolle » en forme de bébé langé, les « bredles » aux découpes d’anges, cœurs ou étoiles. Quant au « kougelhof », préparé dans un moule spécial au moment de Pâques, il prend la forme d’un agneau blanc et est vendu dans les pâtisseries de la région.

Proverbe alsacien : « Manger et boire unit le corps et  l’âme. » Selon un chroniqueur du Moyen Age, l’Alsace est citée ainsi : « grange à vin, grange à blé et garde-manger ». Victor Hugo, quant à lui, disait que « l’Alsace est un pays merveilleux ».

 

 

LA LORRAINE

Grâce à son cristal de Baccarat, la Lorraine occupe une place  de choix sur nos tables. Ajoutons à cela l’amour des Lorrains pour la bonne chère et retrouvons l’histoire de Nancy avec sa célèbre place Stanislas et le roi du même nom, qui serait à l’origine de la fabrication du baba. Il y a mille autres spécialités, découvrons maintenant ses nombreuses recettes.

Dans ce pays industriel, la viande de porc occupe une place importante. Cet animal appelé « môsieur » est à la base de nombreux plats et charcuteries. Outre le saucisson lorrain fait à base de porc et de bœuf, on trouve le saucisson gris préparé comme le précédent, avec toutefois une adjonction de sucre. Il y a également les boudins noirs et blancs de Nancy ou de Metz, l’andouillette de Lunéville, celle d’Épinal, de Nancy, parfumée au madère, et les andouilles dont la plus cotée vient d’Arnay, délicieuse avec des haricots. Cette région vous offre également toute une gamme de pâtés : au pied de veau, au foie gras d’oie, ou tout simplement l’excellent pâté de campagne lorrain, sans oublier les traditionnels jambons (fumés, sous la cendre, au foin) et les grillons vosgiens. Il faut décerner une mention spéciale pour les quenelles au foie de porc originaires de Moselle, les « leberknödel ». Le grand prix revenant bien entendu à la fameuse quiche lorraine qui est présente dans toutes les charcuteries. Deux autres spécialités de cette région : le « dumeau » et le « fedchin », ragoûts préparés généralement  chaque année, après le sacrifice du cochon.

La Meuse, quant à elle, apporte sur la table lorraine les poissons : anguilles, brochets, gardons, barbeaux, brèmes, carpes, goujons, perches, et avec un peu de chance des truites. Tous ces poissons sont dégustés selon des recettes appropriées : carpes à la bière, matelote d’anguilles à la meusienne, pâté de truite de Remiremont.

Comme en Alsace, la Lorraine, pays froid en hiver, aime à déguster de bonnes soupes. Souvent consistantes, faites à base de pommes de terre râpées crues dans un bouillon (la « râpée »). On y apprécie également la bonne soupe au lard servie avec des fèves ou des haricots, ou même du fromage. Quant à la soupe lorraine, elle est composée d’un mélange de purée d’oignons, de lard, de fromage et de crème. Le boudin et l’échine de porc entrent aussi dans la composition de bien des soupes pour le plaisir de petits et des grands.

Les fromages, en revanche, sont peu nombreux et portent des noms de pays : les « fremgeys », fromage blanc, le « géromé », sorte de munster, difficile à trouver, le « trang’nat » au lait de vache, un peu poivré, employé pour le « gueyun », cet autre fromage affiné dans des pots de grès recouverts de paille.

Pour accompagner ces fromages, il vous faut trouver le « cougnat », pain en forme de bonhomme, le « galu » ou pour les gourmands, une brioche tressée, la « torde ».

Il existe aussi une brioche de forme allongée recouverte de sucre appelée le « coihu » ainsi que des petits pains nancéens, les « auriquettes ». Si nous continuons le tour des spécialités sucrées, nous découvrirons les pains d’anis de Gérardmer, la tarte au pavot de Toul, les biscuits aux amandes ou « visitandines », les gâteaux au chocolat de Nancy, les macarons, les madeleines et brioches de Commercy, les galettes en pâtes feuilletée, les gaufres, les babas, les chaussons aux pommes et à la cannelle, et toutes les petites sucreries : « spritz », « oubliés », « oriquettes », « nonettes », « chanoinesses ».

Le choix, côté bonbon, est vaste : sucres d’orge voisinent avec chocolats au kirsch, à la mirabelle, « cailloux » à la pâte d’amandes, « mitres de saint Nicolas ». On trouve également les « carreaux de faïence » de Sarreguemines et même les dragées de Verdun emballées dans de fort beaux sachets et dont l’emblème est le drapeau tricolore.

 

LES VINS D'ALSACE

Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus de 170 km. Son parcours est un pur bonheur : des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres. L’homme vient s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève desvins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle. Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, dugranite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès… On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, leRiesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot Gris. Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien tropronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise. Appréciez en tout cas l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et les vrais vins typés dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des Prix très sages. 


Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
GRESSER
Georges KLEIN
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
Willy ROLLI
ZOELLER
BESTHEIM
BLANCK
René FLECK
Ch.et D.FREY
MUHLBERGER
REINHART
SEPT VIGNES
SCHLUMBERGER
Aline et Rémy SIMON
André ANCEL
Charles BAUR
Jacques ILTIS
René KOCH
Château d'ORSCHWIHR
Edmond RENTZ
Aimé STENTZ
André VIELWEBER
Laurent VOGT
GEWURTZTRAMINER
Claude BERGER
DUSSOURT
Fernand ENGEL
GILG
HAEGI
SEPT VIGNES
BAUMANN-ZIRGEL
Robert FALLER
FRICK
HAULLER
SAINT-RÉMY
Claude BLÉGER
Bernard HAEGELIN
Victor HERTZ
Cave HUNAWIHR
Cave KAES
Damien KELHETTER
Robert KLINGENFUS
TOKAY PINOT BLANC
FRICK (PB)
GILG
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
SCHLUMBERGER
Aline et Rémy SIMON
M-C et P. BORÈS
Ch.et Dom. FREY
Cave KAES (Muscat)
René KOCH
SAINT-RÉMY
André VIELWEBER
André ANCEL
2 LUNES
BLANCK
LOBERGER
KELHETTER (PB)
Edmond RENTZ
Philippe SOHLER
STINTZI
CREMANTS PINOT NOIR
Claude BERGER (PN)
BESTHEIM
DUSSOURT
Fernand ENGEL
Ch.et D. FREY
Georges KLEIN
Aline et Rémy SIMON
Jacques ILTIS
Jean-Louis KAMM
REINHART
STINTZI
André VIELWEBER
ZOELLER
Cave CLEEBOURG
CROIX de MISSION (Auxerrois)
2 LUNES
Cave HUNAWIHR
VENDANGES TARDIVES (et SGN)
Fernand ENGEL
GRESSER
HAEGI
HAULLER
SCHAEFFER-WOERLY
ZOELLER
BAUMANN-ZIRGEL
Claude BERGER
M-C. et P. BORÈS
DUSSOURT
René FLECK
Ch.et Dom. FREY
Cave KAES
Edmond RENTZ
SCHLÉRET
Laurent VOGT
BROBECKER
Jacques ILTIS
MUHLBERGER
Philippe SOHLER



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
BECK/REMPART
Victor HERTZ
Jean-Louis KAMM
KOESTEL
Edgar SCHALLER
Bernard WURTZ
GEWURTZTRAMINER
HUBER et BLÉGER*
Lucien SCHIRMER*
Henri BRECHT
KIRSCHNER
DIRINGER
(Rober HEYBERGER)
Emile HERZOG
TOKAY PINOT BLANC
HALBEISEN (Muscat)*
Robert HEYBERGER
ULMER*
Charles FAHRER
Willy ROLLI
(WUNSCH-MANN)
CREMANTS PINOT NOIR
Claude BLÉGER
Eric LICHTLÉ*
VENDANGES TARDIVES (et SGN)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
(SALZMANN)
Maurice SCHOECH*
GEWURTZTRAMINER
(Léon BOESCH)
(KIEFFER*)
(RUHLMANN-SCHUTZ)
(Cave TURCKHEIM*)
TOKAY PINOT BLANC
(Jean BUTTERLIN)
HEBINGER*
(KIRSCHNER)
CREMANTS PINOT NOIR
VENDANGES TARDIVES (et SGN)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

 

Le point sur les millésimes

En Alsace, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leurs vins atteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des Prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité desterroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif. 

Pour tout savoir sur les vins d'Alsace, cliquez ICI 

Pour les Classements des meilleurs vins d'Alsace, cliquez ICI 

Pour le Top Vignerons d'Alsace, cliquez ICI

 

 

LE VIN DE A à Z

Cliquez sur une LETTRE pour avoir accès au vocabulaire et à l'Encyclopédie mondiale du vin. 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J K - L - M - N - O - P - Q - R - S T - U - V - W - X - Y - Z

 

15/11/2011

L'accord idéal des vins et des charcuteries

La France propose de nombreuses spécialités de charcuteries. Concernant le choix des vins avec ce type de plats, il n’y a pas vraiment de règles, laissez libre court à vos envies, vous pouvez proposez des vins blancs aussi bien que des vins rouges ou rosés mais de style plutôt léger.

Quel vin avec la charcuterie crue 

Quand on parle de charcuteries crues donc salées, on pense tout de suite aux saucissons et aux jambons crus. Les vins qui iront le mieux avec ces produits du terroir sont des vins rouges légers, gouleyants et peu alcoolisés tels qu’un vin d’Anjou, un Pinot noir d’Alsace savoureux à souhait et d’autres vins comme ceux du Beaujolais. Les vins primeurs tels que Beaujolais, Gamay de Touraine ou encore un vin de la Côte-Roannaise se marieront parfaitement avec un morceau de saucisson sec. Essayez aussi un vin rosé de Tavel avec une tranche de jambon sec. Pour plus d’originalité, goûtez aussi les vins rouges du Jura issus des cépages Poulsard et Trousseau.

Les Grands principes

Vin et Fruits de mer

Vin et Foie gras

Vin et Gibiers

Vin et Poissons

Vin et Viandes

Vin et Volailles

Vin et Apéritifs

Vin et Entrées

Vin et Plats

Vin et Fromages

Vin et Desserts

Vin et Soupes - Potages

Vin et Salade

Quel vin avec la charcuterie cuite

Par rapport à la charcuterie crue, la charcuterie cuite est plus aromatisée et grasse. On s’orientera sur des vins rouges plus charpentés, c’est à dire avec plus de corps et de tanins. Sur des rillettes ou des pâtés, proposez un vin rouge comme un Saumur Champigny légèrement tannique, à base de Cabernet franc, qui saura parfaitement balancer l’excédent de gras des rillettes. Un Cru du Beaujolais comme un Juliénas, un Moulin-à-Vent ou bien un Beaujolais Village plus structuré qu’un vin primeur conviendra très bien sur ce type de charcuterie.

LES CHARCUTIERS INCONTOURNABLES

DONT

COLIN Marc
La meilleure andouillette chablisienne et un jambon persillé exceptionnel.
Email Details
BOUHÉRET
Saucisse de Morteau. A une époque où les congélateurs n'existaient pas, le problème de la conservation de la viande était une importante préoccupation de nos ancêtres. Dans un secteur du Haut-Doubs, le long de la frontière suisse et dont la petite ville de Morteau est le centre, les paysans ont trouvé un moyen intéressant de conserver leur viande et leur produits de charcuterie, en les fumant...
Email Details
HARDOUIN
Andouillettes, Rillettes à l'ancienne, Saucisses au Vouvray. Artisans Maîtres Charcutiers, André & Jacques Hardouin vous proposent leurs spécialités régionales, issues d'une longue tradition de charcuterie. Élaborées à partir de produits frais traditionnels de qualité dans un laboratoire agréé CEE, le large éventail de ces spécialités vous mettra l'eau à la bouche.
Email Details
RIGAL (FERME-AUBERGE)
Saucisson sec de bœuf bio, mijoté de bœuf bio à la châtaigne
Email Details
RIVALAN-QUIDU
Andouille de Guéméné-sur-Scorff. Elle est composée de chaudins de porcs (gros intestins) qui sont enfilés les uns sur les autres avant d'être fumés. Et c'est après quelques semaines ou quelques mois, que l'andouille est cuite dans une eau frémissante pendant 3 ou 4 heures. Notre façon de faire lui donne un puissant goût de fumée et une très bonne conservation. On peut la manger dans les 3 à 4 semaines qui suivent la cuisson. Mais vous ne tiendrez jamais aussi longtemps....
Email Details
ROUCH
Saucisson sous la cendre, saucisse sèche de foie, jambon de pays. Dans un environnement naturel et authentique, la famille ROUCH perpétue, depuis 140 ans, l'élaboration de véritables produits de terroir, rustiques et pleins de saveur. Jambon de Pays Ariégeois, saucisse sèche de foie, saucisson sous la cendre l'Ariégeois...
Email Details
 

 

 

  1. ET QUELQUES VINS COUPS DE COEUR
 

20:41 | Lien permanent | Gastronomie, Shopping | |  del.icio.us | | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

30/10/2011

ACHETEZ SANS INTERMÉDIAIRES !

Les AMAP, Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, sont des partenariats de proximité entre un groupe de consommateurs et une ferme, souvent située en zone péri-urbaine, se développant à partir de la vente directe par souscription des produits de cette dernière.
Elles sont adaptées à tout type de production, et particulièrement à celle des fruits et légumes.

Dans une AMAP, les consommateurs choisissent avec l'agriculteur les légumes à cultiver, le prix de la souscription, et les modalités de distribution des produits (fréquence, lieu, horaires...). Ensuite, chaque consommateur achète à l'avance sa part de récolte qu'il viendra récupérer pendant la saison de production selon les modalités définies.

 

En général, une distribution de légumes en AMAP se déroule de la manière suivante :
A tour de rôle, un adhérent est responsable de la distribution de la semaine. Il est chargé d'installer les cagettes de produits que le fermier a apportées, d'indiquer sur un tableau la composition du panier de la semaine, et d'accueillir les autres adhérents (émargement des présents, remise d'un bulletin de liaison contenant notamment des nouvelles de la ferme et des recettes de cuisine, etc.).
Chaque adhérent peut alors composer son panier en suivant les indications au tableau. S'il n'aime vraiment pas un des légumes proposés, il peut le déposer dans le "panier d'échanges" et prendre de ce panier un autre légume.
Le maraîcher assiste à la distribution et répond volontiers aux questions des adhérents sur l'avancée des cultures, sur la prochaine sortie à la ferme, etc.


Ce qui distingue les AMAP d’autres formules de "panier bio" ou "panier paysan", c’est le respect des 6 engagements suivants :

Côté consommateur

• l’engagement financier à travers l’achat à l’avance d’une partie de la récolte sur une période donnée ;

• l’engagement économique et moral à travers la solidarité avec l’agriculteur dans les aléas de la production (partage des risques et des bénéfices naturels) ;

• l’engagement associatif par leur participation à la vie de la structure (gestion des souscriptions, organisation des distributions de paniers, communication, animation...)...

LIRE LA SUITE

12:08 | Lien permanent | Gastronomie, Shopping | |  del.icio.us | | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu